NAUTIC Street Fishing OPEN de Paris 2016 // Les Conseils de Jérôme Palaudoux

Voilà c’est officiel ! En collaboration avec le Salon Nautique de Paris et l’Union des Pêcheurs de Paris, French Touch Fishing organise le NAUTIC STREET FISHING OPEN DE PARIS !!
Nous vous attendons nombreux pour cette nouvelle édition qui se déroulera en Seine, le Samedi 10 décembre !!


Voici le déroulement de cet OPEN STREET :

Vendredi 9 décembre 2016 :

de 10.00 à 22.00 : journée ‘’pêche’’ au Nautic.

Accessible avec votre billet d’inscription à l’épreuve (chaque compétiteur reçoit une invitation pour 2 personnes)

de 16.00 à 19.00 : confirmation des inscriptions au Nautic, remise des maillots, bracelets de course, goodies bag

Nb : pour la confirmation de l’inscription la présence du participant est obligatoire.

à 20.00 : briefing de compétition.

Durant ce briefing seront précisés :

- Le maillage par type de poisson

- L’attribution des points et des pénalités.

- Le lieu du rassemblement du samedi matin : PC Course du Vendée Globe devant la Tour Eiffel

Samedi 10 décembre 2016 :

de 08.00 à 08.30 : Rassemblement des participants au PC Course du Vendée Globe devant la Tour Eiffel- Émargement individuel des compétiteurs – Contrôle des cartes de pêche – Remise du « Nautic mètre mesure » -Photo de groupe devant la Tour Eiffel

08.30 : Briefing.

09.00 : Début de la compétition.

16.00 : fin de la compétition

16.30 : Heure limite d’émargement de fin d’épreuve au Nautic.

18.00 : remise des prix au Nautic.

Vous retrouverez ici l’Avis de course Nautic Street Fishing Open de Paris 2016

et la FICHE de capture – STREET FISHING

Voici les conseils de Jérôme Palaudoux Pro Staff FTF pour bien aborder cet OPEN STREET de Paris.

C’est avec plaisir que je reprends la plume pour le blog FTF afin de donner quelques conseils aux nombreux participants du prochain Nautic Street Fishing Open de Paris.

Si vous suivez mon blog cannafish, vous savez que j’ai glané pas mal de victoires à Paris et en proche banlieue. En individuel bien sûr (nombreuses victoires et podiums à Levallois puis consécration sur le canal St Martin avec le titre AFCPL en 2009) mais aussi en équipes (victoire avec Fred et David en 2009 puis avec Stéphane et 2 jeunes en 2010).

Voici quelques liens pour ceux qui veulent vraiment approfondir le sujet (années 2009 et 2010 donc, ça date !!!) :

https://cannafish.wordpress.com/2009/10/18/resultat-street-fishing-afcpl-de-paris/

https://cannafish.wordpress.com/2009/12/04/sortie-fps-6-decembre-2009/

https://cannafish.wordpress.com/2010/10/25/paname-pico-street-resultat/

https://cannafish.wordpress.com/2010/12/06/resultat-choisy-2010/

L’Open Street 2016 se déroulera uniquement en Seine et par équipe de deux. Ce sont les données de base. De nombreuses espèces seront comptabilisées et des quotas par espèce instaurés. Par exemple le quota « perche » est de 5 poissons maxi (5 perches pour atteindre le bonus du quotal, mais en fait toutes les perches maillées capturées par chaque binôme, seront comptabilisées), idem pour les chubs ; alors que les quotas pour le sandre et le chevesne sont de 3 poissons et pour les autres espèces (brochet, silure, bass, truite) sont de 2 ou 1 poisson. Bref il y a quelques règles à connaitre et franchement c’est pas super simple. J’ai déjà mal au crâne…

A deux pêcheurs et compte tenu de ces règles, je pense qu’il faut partir sur une stratégie simple et permettant de ratisser suffisamment « large ». Il faudra beaucoup bouger aussi je conseille un matériel simple, léger et efficace. Une canne par pêcheur est selon moi la bonne option. Par contre il ne faut pas que les deux participants aient deux ensembles similaires. Pour chacun il faut à mon avis ajouter un holster avec une boite de leurres et une boite de petit matériel de montage (ces deux boites regroupant les références les plus utilisées), une pince pour décrocher les prises ; plus un sac à dos avec une réserve de matériel (qui servira moins souvent que le petit stock disponible dans le holser : disons du « au cas où »), des lunettes polarisantes (pour protéger vos yeux des … joggeuses et du soleil, et aussi essayer de voir quelques poissons suiveurs ou postés), de bonnes chaussures de marche (montante pour protéger les chevilles des entorses : attention aux pavés parfois glissants et au trottoir traitre…) et une petite bouteille d’eau. Une épuisette ou un carrelet peuvent être un atout réel sur certains secteurs (les quais sont souvent abruptes…). Un APN (avec batteries chargées et carte SD vide) pour valider les prises, également !

A mon sens, l’un des deux devra pêcher perches et chevesnes. Disons avec une spinning L (Hookers Northern Light par exemple J) équipée d’un moulinet classique (taille 1000 à 2000). Pour la ligne, je conseille d’aller au plus simple et à ce que maitrise le mieux le pêcheur. Sur un concours long (et finalement, ça n’est pas si long que ça, huit heures de concours…) où il faut pas mal marcher, le matériel doit être bien connu et maitrisé et surtout être fiable. Un fluoro direct permet de ne pas refaire le nœud de raccord tresse-fluoro en cas de casse. Certes ça ne prend pas très longtemps, mais je préfère que mon leurre soit à l’eau (c’est-à-dire pêchant) plutôt qu’en train d’attendre qu’un nœud soit refait… Chaque minute compte, je le rappelle… Perches et chevesnes sont deux espèces très présentes en Seine et même en cas de coup d’eau ou de baisse de température, il y a largement moyen de prendre plus de 5 perches faisant plus de 20 cm. J Ce pêcheur pourra également prendre quelques chevesnes (3, ça me parait beaucoup compte tenu du nombre de pêcheurs qu’il y aura sur les berges…). La taille mini pour ce concours est de 30 cm, mais il faut savoir qu’en Seine il font souvent plus de 50 cm. Le seul problème sera de les localiser. Un peu de soleil aidera fortement à les repérer et à surtout les faire mordre… Les techniques à employer par ce pêcheur « spinning light » sont classiques et très axées leurre souple : pour aller au plus simple, je dirai tête plombée, drop-shot et light texas. Trois montages simples à utiliser, peu enclins aux emmêlâges et faciles à refaire d’ailleurs (on revient à mes principes de base : efficacité et simplicité) car le fond chaotique de la Seine promet quelques accrochages et donc quelques casses ! Quelques références de base en LS : RockVibe Shad 2 et 3 pouces,

G-Tail Saturn 2,5 à 4 pouces, Jé Worm, etc.

Les têtes plombées Hookers dans des poids allant de 2 à 3 grammes seront très utiles, tout comme les hameçons drop-shot et texan Hookers ainsi que les lests Reins en tungstène (TG Slim Down Shot Sinker et TG Slip Sinker).

Ces lests en tungstène apportent un réel plus dans les sensations et donc l’identification des différents substrats rencontrés. Une lame vibrante (Tiemco PDL Metal Sonic en 7 grammes) ou une cuillère à jiger (Reins Palputin en 5 à 7 grammes) pourrait également assurer quelques jolies perches à cette époque…

A ne surtout pas oublier dans votre tackle box !!!

Le second pêcheur ciblera les autres espèces. Plusieurs options de matériel s’offrent à lui. Soit du casting (soyons modestes : MH-H ça suffira… La Hookers Chronik est un bon exemple !) soit une spinning plus puissante (et plut$ot longue : oubliez votre 6 pieds 6 !!!) que celle de son collègue (disons une MH de 7 pieds 6 minimum : la Four Ways !!!). Cranck, lipless et leurres souples plus conséquents, type 3 à 5 pouces (pour une utilisation en linéaire ou en heavy drop-shot) seront les leurres de base de ce pêcheur. Faire un sandre ou un silure est quelque chose de classique en Seine ; et même un brochet n’est pas quelque chose d’impossible, y compris à Paris intramuros ! (rappelons que l’UPP empoissonne en becs de toutes tailles depuis pas mal d’années déjà !) Truite et bass par contre, il faudra un peu plus de chance, mais pourquoi pas ! On en a déjà vu et même pris ! Un Fat RockVibe Shad 4 à 6,5 pouces ou encore un Fat Bubbling Shad animé à la « pico style » (sur tête sabot type HK Critical) sera capable de séduire un sandre ou un glane (sans oublier une grosse perche).

Le Heavy drop-shot est également une technique ciblant ces espèces. Un cranck, un lipless ou une lame peuvent parfaitement décider un gros chevesne même si un cranck n’est pas forcément simple à utiliser (d’une berge en hauteur, je veux dire).

Concernant les couleurs, je ne saurai que vous conseiller du classique mais surtout de « matcher » aux conditions de la Seine, et donc d’en surveiller le niveau, le débit et la turbidité !

Les zones de pêche sont très importantes. J’ai quelques hot spots mais ils n’ont absolument rien de secret. C’est la façon de les aborder qui fait qu’un gars fera du poisson tandis qu’un autre ne fera rien. J’apprécie particulièrement les zones à péniches habitées. Le secteur face à la tour Eiffel en particulier, mais aussi la zone autour du pont d’Austerlitz (les deux berges). Il y a aussi quelques piles de pont mythiques sur le parcours…

Bon, je pense avoir fait rapidement le tour. Il y aura forcément du beau monde sur ce concours. Et je ne crois pas au coup de chance sur une telle date.

Jé pour FTF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>